Издание Обще-Кадетского Объединения под редакцией А.А. Геринга
Wednesday June 28th 2017

Номера журнала

UNIFORMOLOGIE. – E. Mollo



L’uniformologie est une science appliquée de létude des uniformes militaires. Le mot lui-même est nouveau et a été créé par nécessité, le seul mot existant étant lexpression allemande «Uniformenkunde» désignant la science de l’uniforme. A ma connaissance, il nexiste aucune autre appellation de cette science. Cela est dautant plus étonnant que dès la création de l’uniforme militaire il fut soumis à une certaine étude, des musées furent créés de par le monde et un nombre incalculable destampes et dimages ont toujours représenté les tenues militaires.

Mon article est un premier effort destiné à créer une certaine base théorique à lunformologie par la désignation des différents objets entrant dans le champ de cette science, létablis­sement dun certain cadre de sorte que cette discipline ait des limites bien définies.

Comme nous lavons dit, l’uniformologie con­siste en létude de l’uniforme, cest à dire de la tenue militaire et des divers objets qui en sont inséparables: armes, équipements, insignes de distinction et de grades, drapeaux et étendards, instruments musicaux propres à larmée, harna­chements de chevaux, etc…

Il est bien entendu que tout cet équipement aurait pu faire lobjet dune étude propre à cha­cun des éléments sans nécessairement linclure dans lensemble de l’uniforme, mais puisquils font partie de la tenue militaire réglementaire, ils doivent nécessairement faire partie de l’uniformologie. Par exemple, un numismate aurait très bien pu nétudier que les médailles en tant que décorations, sans sintéresser à la façon dont elles sont portées sur l’uniforme, mais l’uniformologue, lui, sintéresse aux médailles militaires, ainsi quà la façon et à lordre de préséance dans lequel elles sont fixées sur l’uniforme.

Dautre part, l’uniformologue étudie non pas les objets militaires dans leur ensemble, mais uniquement ceux qui ont trait à l’uniforme régle­mentaire. Nous allons essayer de mieux définir la différence existant entre l’uniforme même et  ce qui en fait partie.

Le mot «uniforme» est dorigine française et désigne lunité ou l’uniformité dune tenue et partant ne devrait être utilisé que pour désigner des objets du même type fabriqués selon un modèle établi, ceci étant propre aux armées régulières. Par conséquent, l’uniformologue ne peut sintéresser quà l’équipement de ce type darmée, tout autre objet créé par ailleurs ne pouvant entrer dans les cadres de l’uniformologie.

Si nous prenons lexemple des armes blanches,, elles furent étudiées depuis les âges les plus

reculés, mais du point de vue uniformologique les seules armes offrant un intérêt particulier sont celles conformes au type officiel et produites par les usines du matériel et déquipement mili­taire de lEtat. Même si certaines de ces armes ont une valeur artistique ou historique, tels que les sabres de Minine ou de Pojarsky, elles ne peuvent rien apporter de nouveau à l’uniformo­logue.

Ayant utilisé le terme «valeur artistique», je tiens à dire quelques mots sur lhistorique de l’uniformologie. En effet, ce ne sont pas les objets à caractères esthétique qui doivent intéresser l’uniformologue, celui-ci doit rechercher et défi­nir la beauté «uniforme» des objets purement réglementaires qui ont dailleurs très souvent leur propre esthétique dûe au caractère même de l’uniforme militaire.

Ce matériel souvent créé par le besoin de son utilisation martiale, a été soigneusement étudié, ensuite expérimenté sur la base de modèles dessais et modifié selon les résultats obtenus. Quand une arme ou un objet de matériel militaire sont confirmés dans leur forme finale, ils ont passé par toutes sortes dexpériences et corres­pondent enfin au but recherché.

Toutes ces études se basent sur la finalité, la logique et la légitimité qui en font souvent un objet quasiment artistique reflétant lesprit de son époque. Cest ainsi que l’uniformologue ex­périmenté pourra retrouver la différence de style des objets duniforme dont la création a été à peine distante dune décade. Ces caractéristiques nexistent pas dans les objets créés hors des limites de l’uniformologie et ne sont que lexpres­sion fantaisiste de leur créateur.

Luniformologie est donc létude de l’équipe­ment, de larmement et du costume militaire dune armée régulière, mais là encore vient se poser une autre question, quelles sont les armées que lon puisse considérer vraiment comme régu­lières? En effet, il nest pas facile de tirer un trait séparant les armées régulières de celles qui ne le sont pas. Elles existaient déjà dans lanti­quité, ne serait-ce que les légions romaines, exemple dune force militaire disciplinée et bien réglementée.Nous serons donc amenés à créer quelques barrières artificielles.

Nous pouvons considérer comme armées régu­lières celles qui furent créées au 17ème siècle dans la majorité des pays de l’Europe occidentale. Nous nallons pas nous étendre sur les causes de leur apparition car elles sont assez touffues et ne rentrent pas dans les cadres de notre étude. Contentons-nous de mentionner la stricte division

des troupes selon l’uniforme porté et les armes dont elles étaient régulièrement équipées.

La transformation des forces irrégulières en armées régulières se passait graduellement et je propose aux uniformologues de divers pays de faire une étude de ce processus dans lévolution propre à leur nation.

En ce qui concerne les Russes, larmée régu­lière fut créée par ordre de lEmpereur PIERRE LE GRAND à la fin du 17ème siècle, les unifor­mes, larmement et l’équipement furent inspirés par des armées occidentales et plus particulière­ment par larmée suédoise.

Lhistoire des uniformes militaires est pleine de tels emprunts et cela nous amène à letude dun chapitre particulier que nous pourrions appeler «l’uniformologie comparative» auquel jattribue une place capitale car, à mon avis, on ne peut étudier sérieusement les uniformes dun seul pays en ignorant totalement lévolution des uniformes dans les pays voisins.

Malgré de nombreuses différences, ce déve­loppement est soumis à des lois communes et si un pays progresse plus vite quun autre, il est aussitôt imité dans ce quil a de plus parfait.

Le grand uniformologue russe A.V. VISKOVATOFF écrit: «lEmpereur PIERRE III ayant une très grande admiration de lEmpereur FRE­

DERIC LE GRAND de PRUSSE et considérant son organisation militaire comme limage de la perfection désira lintroduire dans larmée russe et apporta très rapidement dans le costume mili­taire et dans l’équipement de ses troupes des changements se basant entièrement sur larmée prussienne qui sétait couverte de gloire dans ses guerres contre les principaux pays de l’Europe» («Description historique de l’uniforme et de lar­mement des troupes russes» 3-ème partie, page 99).

Cest donc l’uniformologie comparative qui seule peut donner une explication aux diverses métamorphoses qui surviennent dans le monde du costume militaire.

Voici, dans ses grandes lignes exposé le pro­blème de l’uniformologie qui est finalement une étude du costume, de larmement et de l’équipe­ment des armées régulières depuis leur création jusquà nos jours, avec, en plus et en tant que sous-division, l’uniformologie comparative, con­sistant à étudier lévolution de l’uniformeet de l’équipement militaires dun pays par rapport à un autre.

Je propose cette formulation à lappréciation et à la méditation du lecteur.

E. Mollo

© ВОЕННАЯ БЫЛЬ


Голосовать
ЕдиницаДвойкаТройкаЧетверкаПятерка (Не оценивали)
Loading ... Loading ...




Похожие статьи:

Добавить отзыв