Издание Обще-Кадетского Объединения под редакцией А.А. Геринга
Tuesday September 26th 2017

Номера журнала

Revue de la presse militaire. – V. B.



COSAQUES par Yves BREHERET Editions BALLAND, Prix: 32 fr.

Voici enfin un livre bien conçu et qui, dans une forme romancée, raconte l’histoire de ces hommes quon a toujours voulu voir en cavaliers et qui ont, à pied, à cheval et en bateau tracé les pistes de lexpansion impériale depuis la mer d’Azov jusquen Californie.

Lauteur sest très bien documenté et certaines photos sont des pièces rares, nous relevons cependant une erreur dans celle qui faisant face à la page 129 représente un très beau «Klitch». sabre turc et un superbe «Kind jal» du Daghestan comme armes cosaques. Ces dernières sont bien plus classiques sur la photo du dessus représentant les cosaques du Terek. En effet si les cosaques ne dédaignèrent jamais avoir sur leurs murs des armes ottomanes, cest dans leur traditionnelle Chachka à manche arrondi et sans garde, à la lame effilé comme un rasoir, quils gardaient leur confiance.

Il faut toutefois redresser une importante quantité derreurs de transcription ou dimpression que nous voudrions voir corrigés si le livre était appelé à être réédité.

Je vois déjà les cosaques en vie frémir en lisant le mot «Voskoi» au lieu de léternel «Voïsko» qui désigne la région et le clan, base de division géographique et dunité nationale de tous les cosaques.

Nous relevons ensuite les erreurs suivantes:

—                    «Tcherkessa» au lieu de «Tcherkesska», vêtement traditionnel des Voïskos du Caucase.

—                    au lieu de Novorossiisk nous lisons malheureusement Novosiirsk.

—                    le К terminal manque au nom de Novotcherkassk

—                    Tatiana devient Katiana

—                    le général ERDELLY voit la première lettre de son nom transformée en A

—                    il nen est guère mieux avec les noms de Vassilenko et de Toukhatchevsky qui sont amputés ou déformés, ainsi quavec Makhnovchina qui dans le texte sécrit Makhnovnicha.

Enfin et surtout, pourquoi veut-on absolument faire crier aux cosaques: «Houré!» au moment de lattaque, quand le cri de guerre de ces cavaliers fougueux, comme de toute l’armée russe et à toutes les époques a été: «Oura!!!»

Ces quelques remarques me paraissent nécessaires, mais je conclus ces qulques méchantes lignes en disant que le livre vaut la peine d’être lu et peut servir d’excellente documentation générale sur les fameux guerriers quétaient les cosaques.

V. B.
 
 


Голосовать
ЕдиницаДвойкаТройкаЧетверкаПятерка (Не оценивали)
Loading ... Loading ...




Похожие статьи:

Добавить отзыв